FESTIVAL AZUL

 

Le 13 juin 2015 1ere Edition du festival AZUL, rencontre théâtrale avec comme point de commencement le bleu

La création venant de l’azur comme pour offrir un rêve éveillé dans le quartier des Fossés Jean au cœur du parc Caillebotte, l’artiste dévoilera sa poésie verbale, corporelle, visuelle, l’émerveillement viendra de la surprise

Il est l’heure de rêver.

Ma couleur préférée, de toutes, reste le Bleu, Je rêve d’une plage, sous un soleil radieux.

Je vois la Côte-d’Azur, un rendez-vous à deux, Et l’amour prend naissance, un univers de Bleu.

La journée  est au beau fixe, et j’y ajoute du Bleu, Bienvenue chez moi ! Le paysage est sableux.

Je vois devant moi le ciel, je suis le plus heureux, Un calme retrouvé, sa signature est le Bleu.

C’est toujours éclatant, et mes yeux s’ouvrent en grand, Le Bleu est mon chemin, je fais un pas de géant.

Je chasse le Blanc, et les nuages s’envolent, Je tends la main enfin, le bleu est mon auréole.

J’allais à l’école, me levais de bonne heure, J’ai découvert le Bleu, mon synonyme de bonheur.

Le Bleu à mon image, n’est pas prêt de partir, Il a suivi ma vie, mon plus beau souvenir.

Le Bleu c’est mon espoir, ce qui me permet de rêver, Je peux être étonné, car j’y vois mon reflet.

C’est le Bleu, qui me fait profiter, Tout au long de la journée, il ira me bercer.

Il me chuchotera, ça va ne t’inquiète pas, A l’ abri dans ta poche, j’y mets plus de joie.

Plus brillant que les diamants, aussi grand que l’horizon, Être privé du Bleu, me ferais tourner en rond.

Le Bleu sur mes vêtements, me fait avoir bonne mine, J’ai du Bleu dans ma tête, car sa frontière est fine.

Lorsque je me sens seul, le Bleu me tend ses deux mains, Il sait me soutenir, pour recommencer demain.

Le bleu pour s’endormir, c’est rêver toujours plus haut, Dans mon imaginaire, je le vois fondu dans l’eau.

Un aller-retour à la mer, me permet de le revoir, Le Bleu n’est pas éphémère, je le devine face au miroir.

En Espagne, Azul se traduit : Bleu, En Kabyle par : Bonjour, je voyage à travers les cieux.

Qu’est-ce qu’il  pourrait manquer, à mon très grand tableau, Là je saisi ma gouache, le Bleu le rend plus beau.

Le Bleu c’est mon courage, c’est mon livre… toutes ses pages, Cette chambre accueillante, et  une discussion sage.

Que l’on soulève l’encre, le Bleu sous mon bateau.

 

 

Farid ZERZOUR Directeur artistique du festival AZUl

 

 Avec le soutien de

       



Évaluer cet élément
(0 Votes)